Sur ces pages, vous trouverez nos différentes sorties
Nous essayerons de vous donner l'envie de faire à votre tour ces balades

Camping Car Vadrouilleur

Une Semaine 1/2 à Pau. Aout 2012

Beau spectacle au réveil. Le lac est pris d'une brume épaisse, mais le soleil est juste au dessus. Tout doucement on voit apparaitre les bateaux, comme posés dans le vide. L'eau est immobile, tout est calme.

JOUR N° 2

Notre route passe à côté du lac d'Issarlès, mais il faut remonter de 20 bornes, alors on passe. Puis le lac de Naussac. Lac artificiel crée par la construction du barrage de Naussac. Une aire d'une trentaine de place est disponble gratuitement. On trouve quand même une place. Un petit casse croute au bord du lac et dodo. On a pas fait beaucoup de km, mais on verra demain, et puis c'est ça aussi le camping car.

Il est maintenant l'heure de reprendre la route. On passe par le col de XXXXX 1299 mètres. Le mélange de sapins et de grandes herbes fleuries offrent un joli spectacle.

Il faut laisser le camping car en ville et descendre à pied par le sentier. Il faut 10 mn à peine. Pour notre part, on est descendu, remonté chercher les maillots de bain et hop un autre petit tour. L'eau est très raffraichissante. Les jeunes sautent depuis les rochers et font le spectacle.

Pas d'itinéraire précis pour cette fois. On va quand même prendre des routes directes pour aller jusqu'à Valence.On va emprunter des routes magnifiques, dont le col de l'Escrinet. Des routes que l'on connait bien pour les avoir faites en moto.Puis on va bifurquer sur Privas, direction Aubenas. On va faire une halte à Thueyts connu par le fameux Pont du Diable. Il faut le chercher sur la photo. Oublié de le photografier de près...

Après une semaine passée à la maison pour la bonne cause, puisque c'était pour le mariage de notre fille, et maintenant de notre Gendre, nous prenons la route des vacances.Destination: Pau, car il faut que l'on aille voir un appartement que l'on a acheté et qui est en construction.

Maintenant on peu partir à la découverte de Pau. Première visite, ce sera le chateau, la ou est né Henri IV. Puis on va utiliser le petit train pour faire une visite guidée de la ville.

Malheureusement cette journée va être une grosse journée de roulage. Mais la matinée va se passer à traverser la Lozère, puis L'Aveyron. Une route superbe au niveau qualité de roulage et un décord de rêve. La route culmine aux alentours de 900 mètres. Une alternance de sapins et de paturages. Des montées, des descentes, des virages (il va falloir revenir faire un tour en moto aussi). Pas beaucoup de monde. Cela nous permet de bien avancer. Avant de faire la pause déjeuner, on fait une alte au Viaduc de Millau. Pour l'occasion, on a pris l'autoroute. Une superbe réalisation (voir le petit film proposé dans le batiment).

Et voila, on arrive au point statégique. Une vue de la résidence où l'on a investi. Des ouvriers travaillaient et on a pu monter jusqu'à l'appartement que nous avons acheté.

Et bien voila, il est temps de se lever pour prendre le petit déjeuner. La nuit n'as pas été franchement bonne. Il faisait un peu chaud. Avant de prendre la route, on va en profiter pour faire les pleins. Puis 1/2 heure plus tard, on arrive à Pau. On passe par le super marcher pour faire le plein de nourriture et de gasoil, pour pouvoir monter dans les hauteurs pour plusieurs jours.

Une ville agréable. Une promenade (type promenade des Anglais) domine le gave et les environs. Cette promenade est montée sur des harches.La chaleur est suffoquante. La fin de la journée approche, et il est tant de prendre le chemin du frais.

Le reste de la journée va être utilisée pour avancer en direction de Pau. La aussi on va prendre l'autoroute. Il fait très chaud. La climatisation serait la bienvenue (le prochain en sera doté). On va faire une halte sur l'aire des Pyrénées entre Tarbes et Pau pour faire les pleins (services gratuits). On décide de passer la nuit ici, car il n'y a pas grand chose de bien autour de Pau. Demain direction Jurançon pour voir notre appartement, puis visite de la ville. Dans la soirée, direction les montagnes et le frais.

JOUR N° 3

10 km à parcourir en train. Certains passages se font à ras la falaise. Il ne faut pas que le train déraille, car c'est le plongeon assuré et la caisse en bois.

Ce lac a vu son niveau naturel remonté par la construction d'un barrage. D'ailleur le chemin de fer a été construit pour remplacer les mules qui acheminaient les matériaux sur ces 10 km.Mais l'horaire obligatoire nous oblige à reprendre la descente, qui n'est pas très engagente à la vue de la mer de nuage.

Au menu ce soir, apéritif au blanc de Jurançon (le foie gras sera pour demain car le frigo a eu du mal à digérer la chaleur et le plein).Puis maquereaux frais en papillotte avec des salsifis. Fruits et petit verre bien frais de Génépy (fait maison bien sur).

On prend la route des montagnes en direction d'Artouste. A un certain moment, la route est étroite et il faut bien faire attention de ne pas trop serrer le muret. Nous voila au terminus. Des CC, il y en quelques uns. Beaucoups sont au bord du lac (barrage) qui d'ailleur est plutôt vide. On va voir un peu plus haut dans la station. On arrive à trouver une place. Le devers est important, mais on arrive à caller à peu près droit.

JOUR N° 4

Ca y est, les choses sérieuses vont commencer... La montagne est devant nous et nous tend les bras. Mais bon, pour aujourd'hui on va se la couler douce. Montée en télécabine, puis le petit train pour rejoindre le lac D'Artouste.

Le paysage est vraiment magnifique et arrivé au terminus du train, après 15mn de marche (et oui, quand même) on peu découvrir le très beau lac D'Artouste.

Mais avant de redescendre, on va monter jusqu'au col. Les magasins côté Espagne nous tendaient les bras, alors on est allé acheter quelques bouteilles d'alcool.

On ne restera pas dormir ici ce soir, car on est en plein dans un parc naturel. On avait repéré un coin plus bas.

Nous voila dimanche matin. Le ciel est complètement bouché. Petit déjeuner et petite balade matinale. On reviendra au CC pour le diner, puis on décide quand même de monter vers le col du Pourtalet pour faire notre rando.

De retour au bas de la station, un petit passage à l'office du tourisme pour des renseignements sur les randonnées, et on lève le camps. On va essayer de se mettre un peu plus haut en direction du col du Pourtalet (qui donne sur l'Espagne). On va s'arrêter en route pour admirer (oui on a les mêmes à la maison), les belles "Blondes", les Brebis, et les Juments. Ces trois animaux cohabitent sans problème en toute liberté.

JOUR N° 5

Finalement le ciel se dégage comme par enchantement. On peu se chausser et partir. Partir où ? la c'est une question, car pour les panneaux, ils sont zéro...De toute façon, on monte. La pente n'est pas trop raide.

On a pas pu se rendre tout en haut du col, car le broillard arrivait du versant Espagnol. On a quand même fait 2 heures 15 de montée. On redescent un peu et on prend un petit remontant (pomme et buiscuit et non pas alcool). Le paysage est magnifique.

J'ai eu l'occasion de discuter un petit moment avec un berger (un monsieur qui avait plus que l'age de la retraite) qui venait chercher ses moutons comme tous les jours.

En redescendant, on ne peu s'empêcher de faire la causette aux belles blondes et aux Juments et leurs poulins. Tout ce beau monde en totale liberté en plein milieu de la montagne.

Seuls les derniers mètres étaient plus durs, dans des cailloux et sans chemin de tracé. J'ai pu approcher des Vautours à un vingtaine de mètre en me mélangeant aux moutons qui paissaient. Soit ils avait repéré un cadavre, soit ils attendaient Cathy qui donnait ds signes de faiblesse.

IL est maintenant l'heure de faire demi tour. Demain on a prévu une rando aux lacs d'Ayous, et aux dires des gens, il faut y aller de bonne heure pour avoir de la place. On se rend donc sur place, mais comme on nous l'avait signalé, il est interdit de passer la nuit.On va redescendre juste un peu plus bas et se garer au bord de la route. De toute façon il ne va pas y avoir grand monde qui passe ce soir. Par contre nombres de Vans sont passés et ne sont pas redescendus...

Un peu plus tard, dans le dernier lac (2100 m), ce sera baignade. L'eau n'est pas très chaude, mais c'est une sorte de rituel.

Le réveil sonne (il faut être fou en vacance), il est 7h15. bon nombre de voitures sont déjà montées. On décalle et on rejoint le parking. Il y a encore de la place. On recalle, on se douche et petit déjeuner tranquille.

JOUR N° 6

Bon et bien il faut y aller. Le tour complet est estimé à 5 heures. La montée commence dans les bois, puis à terrain découvert. On arrive au premier la d'Ayou, puis les autres vont suivre. Le paysage est magnifique.Arrivés au refuge, on décide de fairele col d'Ayou en supplément.

La montée au col est un peu plus raide qu'il n'y paraissait, mais le point de vue est pas mal non plus. Puis c'est demi tour pour redescendre au refure et continuer notre ascension.

On continu notre boucle comme prévu. Encore un lac sur le retour. Puis plus bas, on ne résiste pas à la vue de la pancarte "fromages de brebis. On en a encore dans le frigo, mais c'est plus fort. De plus ça nous permet de discuter un peu avec les bergers et on peu aussi faire des rencontres insolites.

Nous voila de retour au CC. On décide de changer de vallée. Il faudra en profiter pour faire tous les niveaux en route, car ça fait depuis vendredi matin que l'on vit sur nos réserves. Pour nous rapprocher de notre nouveau point de chute, il faut emprunter le col d'Aubisque. Col deconseillé aux campings cars. Je ne sais pas pourquoi... Peut être à cause de l'étroitesse de la route et au pourcentage élévé. Quoi qu'il en soit, on est monté et redescendu sans problème. Il est vrai qu'à certains endroits, la route ressemblait à la route de la mort, dans je ne sais plus quel pays.

On a chaussé les chaussures et nous sommes parti pour notre randonnée journalière. c'est pas la rando solitaire... Mais bon... La plus grande cascade mesure 430 m, et le sommet du cirque culmine à 3000 m.

JOUR N° 7

Reveil matinal et on prend la direction de Gavarnie. Une trentaine de km à faire. Arrivé à gavarnie, parking payant pour tout le monde, mais pour le prix on peu passer la nuit et les services sont gratuits.Il faut emprunter la route d'un col sur deux km. Il y a plusieurs espaces avec déjà beaucoup de monde, mais il reste de la place.Il y avait bien une centaine de CC sur l'ensemble des parkings.

Facebook Twitter Youtube